14.03.07



13.03.08


Éoliennes. Vent de folie à Dinéault



Roland Charlou peut pousser un grand ouf ! de soulagement. Son éolienne de Dinéault s’est emballée mardi matin. Hier, profitant d’une fenêtre météo, il a réussi à bloquer l’engin. Plus de peur que de mal. Mais cet incident relance le débat sur la sécurité des éoliennes.

Lundi, alors que la tempête ravageait les côtes bretonnes, une des quatre éoliennes de Dinéault, près de Châteaulin (29), tournait encore. On entendait à plusieurs kilomètres le cri des pales fendant l’air à une vitesse visiblement démesurée. Au pied de la structure, le bruit devenait assourdissant et terriblement inquiétant. « Un de mes collègues m’a téléphoné, lundi matin, pour me dire que mon éolienne ne s’était pas arrêtée, raconte Roland Charlou. Il avait déjà contacté les pompiers pour qu’ils sécurisent la zone ».
Un boulon manquant
Les gendarmes de la compagnie de Châteaulin ont immédiatement bloqué tous les accès. « C’était ça le plus important. Après, je me suis rendu sur place et j’ai voulu déclencher le système de freinage.

Grosse bêtise. C’était comme vouloir arrêter un poids lourd lancé à 400 km/h », avoue le propriétaire. Que lui restait-il comme solution ? « Aucune. Il fallait attendre une fenêtre météo ». Celle-ci est survenue, hier en début d’après-midi. Roland Charlou a pu monter dans la nacelle de son engin, bloquer les pales et établir un premier diagnostic. « Je ne suis encore sûr de rien, mais il semblerait que ce soit un boulon de sécurité manquant sur une pièce de contrôle qui a provoqué l’incident ». Finalement, tout s’est bien terminé. Roland Charlou n’a constaté que des dégâts mineurs sur son éolienne. Elle aura tourné en surrégime pendant une journée et demie, créant effectivement des nuisances sonores. Mais comme le dit cette dame résidant à quelques centaines de mètres de l’ouvrage : « Il y avait tempête. C’est normal. Je n’étais pas inquiète ».
« Rendre les contrôles obligatoires »
Toujours est-il que cet incident relance le débat sur la sécurité des éoliennes. Roland Charlou est « un artisan et non un industriel », comme il aime à le rappeler. Ce statut a d’importantes conséquences sur les mesures de contrôle. Lui, va faire réparer et vérifier l’engin avant de relancer la production. « La préfecture nous imposera certainement une expertise indépendante », rajoute-t-il. Mais cela ne satisfait pas, mais alors pas du tout, Éric Ferrec, président de la fédération « Vent de colère » qui relaie le message des anti-éoliens. « Plusieurs associations locales vont porter plainte au pénal pour mise en danger de la vie d’autrui. Ce n’est pas aux propriétaires que nous en voulons. Mais aux institutions qui laissent faire ». L’homme souhaiterait que les sites éoliens soient classés en sites industriels afin « de rendre obligatoire des contrôles périodiques réalisés par la direction régionale de l’industrie de la recherche et de l’environnement (Drire) ou par des organismes indépendants ». Il préconise également « la pose de grillages autour de tous les champs éoliens » et la limitation d’accès à ces zones. « On continue d’amener nos enfants au pied de ces engins. Quand prendra-t-on conscience du danger encouru ? Si ce sont des preuves d’accident qu’il faut, nous en avons des tas à notre disposition ».


Vincent Lastennet



http://www.debat-energie.gouv.fr/site/index.php

publicité parue le 12 mars 2003 pour visiter les merveilleuses éoliennes de DINEAULT

Visite:
Visites d'éoliennes sur le site de DINEAULT (29)

Description de cette Initiative Partenaire :
- Faire connaître le fonctionnement d'une installation de production d'électricité à partir d'une source d'origine renouvelable.
- Informer les visiteurs de la place de cette énergie de proximité
- Initier les scolaires et les étudiants aux énergies renouvelables et mettre à disposition des enseignants un outil pédagogique :
. brochure ”ma planète est en danger”
. fiche de présentation des énergies renouvelables, eau, vent et soleil.
- Informer sur les mesures prises en faveur de la protection des milieux naturels

Organisé par :
E.A.F. - Fédération Nationale des Producteurs Indépendants d'Electricité

Conditions de participation et lieu ou se déroulera cette Initiative Partenaire :
le 24 et 25 mai 2003 de 14 h à 18 h, visite d'éoliennes (adresse : NERZH AN AVEL - Butte du Menez Braz - 29150 DINEAULT)
Visite par petits groupes sous la conduite de Monsieur CORDELLE
Inscription auprès de M. CORDELLE - 02.98 41 89 64


Une éolienne devient « folle » à Dinéault
Une des quatre éoliennes du Menez-Braz
ne répond plus aux automates.
12.03.08



Une éolienne devient « folle » à Dinéault
Une des quatre éoliennes du Menez-Braz ne répond plus aux automates.

La gendarmerie a sécurisé le site. L'exploitant attend l'accalmie du vent.

Une des quatre éoliennes du Menez-Braz à Dinéault est devenue « folle » depuis la nuit de lundi à mardi, où les automates censés l'arrêter en cas de tempête n'ont plus fonctionné. Installée en 2001, cette éolienne d'occasion, qui n'avait fonctionné que deux ans avant d'arriver ici, est contrôlée par des automates.

« Ces automates arrêtent la machine en fonction des coordonnées installées par le fabricant, qui comporte plusieurs paramètres, dont la vitesse du vent, expliquait hier après-midi Roland Charlou, propriétaire de la machine, présent sur le site depuis le matin. Toutes les éoliennes se sont arrêtées dans la nuit de lundi à mardi, vers 2 h 30. Mais pour une raison qu'on ignore, la mienne s'est remise à tourner. »

Venus sur place dès le matin, Frédéric Cordelle, le promoteur du site et Roland Charlou, ont essayé de régler le problème, sans succès. Prévenue, la mairie a pris un arrêté interdisant la circulation sur les voies et chemins jouxtant le site. Sur place, la machine tourne vraiment très vite. « Elle est prévue pour tourner à 40 tours par minute. Là, ça va vraiment beaucoup plus vite », commentait Roland Charlou. Le bruit des pales est impressionnant. A une distance de 300 m, on entend un fort bruit de machines à laver.

Les gendarmes de Châteaulin sont présents sur le site depuis le début de l'après-midi, et font respecter l'arrêté municipal, afin que personne ne s'approche. Selon les techniciens sur place, trois hypothèses se présentent : la plus rassurante est que l'éolienne tienne le coup jusqu'à l'accalmie, prévue cet après-midi, et que l'on puisse arrêter les pales.

Les autres sont moins réjouissantes : soit les pales cèdent, « mais elles ne seront pas projetées très loin, une centaine de mètres tout au plus ». Soit le mât plie. Soit les boulons qui la scellent cèdent, et l'éolienne tombe à terre. Les premières maisons riveraines, à 300 m, ne risquent rien. Il ne faut surtout pas s'approcher du site.

P.A.










Accueil | A la Une | Vidéo | Régions de France | Dossiers | Plan du site | Forum | Nous Ecrire

Ce site a été crée par Jean-Louis Butré.Ce site est protégé par Copyright©. Contacter le webmaster.