CANADA: QUEBEC

 

Énergie éolienne Des MRC contre le privé

La commission de protection montre les dents Audio et Vidéo

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2006/11/30/008-eolien-mrc-vs-prive.shtml

Énergie éolienne Des MRC contre le privé


La commission de protection montre les dents Audio et VidéoP
Dans le dossier éolien, des municipalités estiment que les redevances versées par le secteur privé sont insuffisantes. Elles se mobilisent donc pour toucher une part de gâteau plus généreuse.
La municipalité régionale de comté (MRC) des Basques a adopté un règlement pour interdire l'implantation d'éoliennes du secteur privé. Elle a également proposé un projet communautaire de 100 mégawatts qui, s'il est accepté par Hydro-Québec, générera 3 millions de dollars de revenus annuels, plutôt que les 100 000 $ de redevances que touche le village de Baie-des-Sables.
La MRC de Témiscouata a décidé pour sa part de s'allier à l'entreprise Boralex et de proposer un projet conjoint. Elle craint toutefois qu'il ne soit déjà trop tard.
Hydro-Québec a déjà reçu deux projets du secteur privé pour cette MRC. Ceci veut donc dire que « ma MRC perdra son gisement » si le privé est choisi, déplore le préfet Serge Fortin.
M. Fortin se promet d'ailleurs de manifester bruyamment et physiquement son mécontentement, si les soumissions privées sont choisies. « Je vais me mettre devant les bulldozers », confie-t-il. « Il va falloir qu'ils passent sur moi ».
Ce ton alarmiste n'est pas unique. C'est pourquoi la Fédération québécoise des municipalités mettra bientôt en place un organisme de financement pour les projets communautaires. Son président, Bernard Généreux, reprend d'ailleurs le leitmotiv de plusieurs responsables régionaux en disant que « les retombées locales des premières propositions sont nettement en-dessous des attentes ».

 

Agriculture et développement éolien
La Commission de protection montre les dents



La Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ), recommande le retrait d'une quarantaine de sites retenus par Northland Power pour ériger un parc éolien dans les municipalités de Saint-Ulric et Saint-Léandre.
Selon le rapport d'orientation préliminaire de la Commission, publié la semaine dernière, les éoliennes prévues sur ces sites devraient être déplacées en raison de leurs impacts sur les activités agricoles.
La CPTAQ estime que ces emplacements sont situés dans des érablières ou sur des terres utilisées intensivement pour l'agriculture. Une dizaine de ces sites appartiennent à des élus municipaux.
Le maire de Saint-Léandre, le maire et un conseiller municipal de Saint-Ulric pourraient ainsi perdre les redevances associées à l'utilisation de ces terrains par Northland Power. Neuf éoliennes devaient s'élever sur les terres du maire de Saint-Léandre, Roger Bernier.
La CPTAQ considère que la vocation de cinq de ces sites devrait être exclusivement agricole. Pour le maire Bernier, il s'agirait d'une perte de revenus anticipés d'environ 10 000 $ par année.
Même chose pour le maire de Saint-Ulric, Serge Gendron, propriétaire du site où Northland projette de construire le poste de branchement des éoliennes au réseau de transport d'Hydro-Québec.
La CPTAQ ne souhaite pas que ce site soit utilisé à cette fin. Le maire Gendron perdrait également un revenu estimé à 10 000 $ par année.
Northland Power prévoit l'installation de sept éoliennes sur les terres du conseiller municipal de Saint-Ulric, Mario Ratté, mais quatre emplacements pourraient être exclus. Les maires ont refusé de commenter.
Toutefois, le conseiller Mario Ratté soutient qu'il a abandonné l'agriculture intensive, il y a quelques années. Il indique qu'il n'a conservé que quelques animaux pour ses besoins personnels et cultive un peu de foin et de grain. Il croit que des éoliennes sur ses terres n'entraveraient aucunement le genre de culture qu'il pratique.
En attendant, Northland Power demande aux agriculteurs de Saint-Ulric et de Saint-Léandre de renoncer au délai de 30 jours prévus par la loi pour réagir au document de la Commission.
L'entreprise entend demander la tenue d'audiences publiques pour démontrer le bien-fondé de ses choix et souhaite agir rapidement. Northland avait prévu entreprendre ses travaux de déboisement d'ici quelques semaines.


Accueil | A la Une | Vidéo | Régions de France | Dossiers | Plan du site | Forum | Nous Ecrire

Ce site a été crée par Jean-Louis Butré.Ce site est protégé par Copyright©. Contacter le webmaster.