CANADA:ONTARIO

29 novembre 2006, 14 h 24 .

Éoliennes à Baie-des-Sables, Saint-Ulric et Saint-Léandre
Des maires en retireraient des bénéfices
----->
http://www.hebdosquebecor.com/vxg/11292006/vxg_11292006_A1.shtml

Éoliennes à Baie-des-Sables, Saint-Ulric et Saint-Léandre
Des maires en retireraient des bénéfices
Par Romain Pelletier
Selon les informations obtenues par l'équipe de l'émission La facture à Radio-Canada, les redevances sont systématiquement plus élevées en Ontario. Pour des éoliennes de même puissance que celles qu'on retrouve au Québec, les agriculteurs ontariens reçoivent plus du double: 6 500$ en Ontario, contre 3 000$ au Québec. Le reportage complet a été diffusé le mardi 28 novembre à 19h30. (Photo Romain Pelletier).

L'enquête de Radio-Canada à l'effet que des maires, favorables à l'implantation de parcs éoliens dans leur municipalité, retireraient personnellement des bénéfices de projets, a causé tout un émoi. Amplement diffusée et reprise dans de nombreux autres médias depuis mercredi, elle révèle entre autres que le maire de Baie-des-Sables, Jacques Couillard, recevra des redevances pour trois éoliennes sur ses terres, que celui de Saint-Léandre, Roger Bernier, en aura pour neuf éoliennes et que celui de Saint-Ulric, Serge Gendron, recevra de l'argent pour le poste de raccordement. Et que l'ex-mairesse de Saint-Ulric, Éva Robichaud a été embauchée par le promoteur Northland Power.

La députée Nancy Charest, le préfet de la MRC, Réginald Desrosiers, la mairesse de Matane, Linda Cormier se sont rapidement portés à leur défense. Pour sa part, M. Desrosiers y voit «une nouvelle montée en épingle, de toutes pièces». Il se dit convaincu que les élus éclaboussés par cette histoire n'ont rien à se reprocher.

Le maire de Baie-des-Sables réagit vigoureusement
Le maire de Baie-des-Sables a réagi vigoureusement à l'enquête de Radio-Canada. Selon lui, le reporter de Radio-Canada était en «mission commandée» et voulait le «planter», à l'exemple des autres maires ou l'ex-mairesse de Saint-Ulric.

«Je n'ai jamais caché que j'avais trois éoliennes sur mes terres et je n'ai jamais pensé une seconde à mon intérêt personnel, assure-t-il. Au contraire, j'ai travaillé avec d'autres maires pour obtenir le maximum de redevances et retombées pour nos collectivités. Et, je n'ai jamais participé ou assisté à quelque négociation avec les propriétaires terriens et le promoteur du parc éolien Cartier énergie éolienne.»

Même le premier ministre s'en est mêlé
Sur la scène nationale, la nouvelle a suscité de nombreuses réactions dont celle du premier ministre Jean Charest. Admettant qu'il y a matière à vérification, il a dit reconnaître la nécessité de mieux encadrer les prochains projets de parcs éoliens.

«L'énergie éolienne, pour les prochaines années, au Québec, c'est un investissement de 6 milliards de $. On veut développer plus de 4 000 mégawatts, on va être les plus gros producteurs en Amérique du Nord. Et évidemment, dans la mise en oeuvre, ça va commander, de la part de tout le monde, un effort pour s'assurer qu'on le fasse correctement. Je pense que dans la réalisation des premiers projets, on va observer ça comme il faut, pour s'assurer qu'on fasse ça correctement», a-t-il indiqué à Radio-Canada.

Pour sa part, la ministre des Affaires municipales, Nathalie Normandeau, n'écarte pas la possibilité d'une enquête. «Si un membre d'un conseil municipal a un intérêt dans un dossier, il a l'obligation de divulguer cet intérêt aux membres. Telles sont les dispositions de la loi», a-t-elle dit.

En région, certains se sont indignés de toutes ces révélations. Le maire d'Amqui, Gaëtan Ruest, a dénoncé l'élasticité de la conscience des représentants montrés du doigt. «Les gens représentés par des personnes comme ça devraient se réveiller et leur demander de démissionner», a-t-il confié.

L'ancienne députée bloquiste de la circonscription de Rimouski/Neigette/Témiscouata/Les Basques, Suzanne Tremblay, a déploré leur «manque d'éthique». S'ils ont des terres convoitées par les promoteurs, «que ce soit transparent et limpide. Si c'est camouflé, ils devraient démissionner au nom de l'éthique», a-t-elle mentionné.

 

 


Accueil | A la Une | Vidéo | Régions de France | Dossiers | Plan du site | Forum | Nous Ecrire

Ce site a été crée par Jean-Louis Butré.Ce site est protégé par Copyright©. Contacter le webmaster.