CANADA:


ZEC Bas-Saint-Laurent
Un projet de 51 éoliennes a du plomb dans l’aile
10 décembre 2006


http://www.cyberpresse.ca/article/20061210/CPSOLEIL/61210125/5133/CPSOLEIL

Le dimanche 10 décembre 2006 Un projet éolien a du plomb dans l’aile
Ernie Wells
Le Soleil Collaboration spéciale
RIMOUSKI — Le projet de Trans Canada Pipeline d’implanter 51 éoliennes sur la ZEC Bas-Saint-Laurent a du plomb dans l’aile avec le rejet en bloc cette fin de semaine, par 275 membres de cette zone d’exploitation contrôlée, de tout projet éolien sur leur territoire.

L’assemblée spéciale a réclamé le retrait pur et simple des tours de mesure de vent dans le secteur du mont Longue Vue où Trans Canada prévoit installer en 2010 son parc évalué entre 150 millions $ à 200 millions $.

Le spécialiste éolien de l’Université du Québec à Rimouski, Jean-Louis Chaumel, assistait aux débats. « C’est un très mauvais signal de l’acceptation sociale recherchée. L’accord du milieu est extrêmement important dans les appels d’offres d’Hydro-Québec et aux yeux du gouvernement. Le ministre Pierre Corbeil a déjà dit qu’il n’imposera pas à des régions des projets qu’elles ne veulent pas », ajoute le spécialiste.

 

 



http://www.radio-canada.ca/nouvelles/regional/modele.asp?page=/regions/est-quebec/2006/12/10/001-zec-non-eolien.asp

Développement éolien La ZEC du Bas-Saint-Laurent dit non


C'est par un vote presque unanime que plusieurs centaines de membres de la ZEC du Bas-Saint-Laurent ont rejeté samedi après-midi, en assemblée générale extraordinaire, toute implantation de parc éolien sur le territoire.

Ceux-ci demandent aussi à TransCanada, un promoteur qui projette de construire un parc de 51 éoliennes sur l'aire de la ZEC, de démanteler les quatre tours de mesures de vent qu'il a déjà installées et de se retirer complètement.

TransCanada se dit déçu de la décision. La porte-parole, Viviane Maraghi, affirme toutefois que le promoteur n'est pas prêt pour autant à renoncer à la construction de ses éoliennes, ni même à démanteler ses quatre tours, puisque le gouvernement du Québec, propriétaire des terres publiques, autorise de tels aménagements.

TransCanada prévoit investir entre 150 et 200 millions de dollars pour un parc d'une capacité de 75 à 100 mégawatts d'énergie. Si le projet devait être présenté en mai et retenu par Hydro-Québec, dans le cadre du second appel d'offres visant à développer l'exploitation de l'énergie éolienne, il ne se réaliserait pas avant 2010.

 

 


La Zec BSL souhaite le retrait des tours de mesure de vent en avril
Projet de 150 M$ rejeté en bloc
Par Ernie Wells

La Zec Bas Saint-Laurent souhaite rencontrer les autorités régionales du ministère des Ressources naturelles et de la faune (MRNF) pour s'assurer du retrait prochain des quatre tours de mesure de vent installées au Mont Longue-Vue.
Réunis en assemblée spéciale samedi au Paul-Hubert, les 275 membres ont rejeté en bloc le projet de 150 M$ de Trans Canada Pipeline (TCP) d'implanter 51 éoliennes sur la zec et ils ont réclamé le retrait des tours. «Nous avons la copie du bail entre TCP et le MRNF qui doit nous garantir que les tours seront retirées du territoire dès la fin du bail en avril 2007», dit le porte-parole du dossier à la zec, Robert Beaulieu. Depuis samedi, le secrétaire de la zec communique la position officielle aux intervenants concernés, dont le président de TCP à Calgary. «On lui demande de respecter la position de nos membres et de ne pas déposer de projet à Hydro-Québec concernant le Mont Longue-Vue», ajoute M. Beaulieu qui souhaite des réponses aux questions posées samedi.
L'impact des éoliennes sur l'orignal et les animaux à fourrures, la dépréciation ou non des chalets à proximité, les conséquences de l'effet sonore des éoliennes et les retombées économiques pour la zec sont des sujets demeurés sans réponses précises samedi. «Comment donner l'aval à quelque chose dont on ne sait rien», ajoute le spécialiste éolien de l'UQAR, Jean-Louis Chaumel pour qui la position de la zec risque de faire boule de neige en ce qui concerne le développement éolien dans des territoires fauniques.
Le président de la Zec BSL, Yvan Pineault, a rencontré la Fédération des gestionnaires de zecs du Québec. "Nos membres ne veulent pas d'éoliennes et ils demandent au promoteur de se retirer. Il n'y a aucune négociation possible". L'Association des 273 trappeurs du BSL appuie la zec. La Zec BSL prévoit concevoir un site Web pour recueillir des appuis de partout.
«Un mauvais signal»
«C'est un très mauvais signal de l'acceptation sociale recherchée. L'accord du milieu est extrêmement important. Le ministre Pierre Corbeil a déjà dit qu'il n'imposera pas à des régions des projets qu'elles ne veulent pas», a rappelé M. Chaumel.
La spécialiste en développement des affaires chez Trans Canada Énergie Éolienne, Viviane Maraghi, souhaitait former un comité Zec-Trans Canada. "Afin de travailler ensemble parce que l'harmonisation est essentielle. J'ai le droit d'avoir ce projet sur ce territoire qui appartient au MRNF".







 

 

Accueil | A la Une | Vidéo | Régions de France | Dossiers | Plan du site | Forum | Nous Ecrire

Ce site a été crée par Jean-Louis Butré.Ce site est protégé par Copyright©. Contacter le webmaster.