dération Environnement Durable
communiqué de l'AFP du 23 janvier

Environnement-énergie-éolien
Des associations se fédèrent pour couper le souffle aux éoliennes
Par Vilem BISCHOF

PARIS, 23 jan 2007 (AFP) - Les opposants français aux éoliennes viennent de se constituer en fédération pour "dénoncer l'hégémonie de l'éolien industriel" au détriment d'autres énergies renouvelables, "nettement plus efficaces", selon des responsables de cette initiative mardi.
L'objectif de la "Fédération environnement durable" (FED), basée à Rouillé (Vienne), est de coopérer avec les organisations locales, nationales et internationales animées par les mêmes objectifs. Une cinquantaine sont dès à présent affiliées à la fédération, ce nombre devrait vite atteindre plusieurs centaines, a précisé à l'AFP Jean-Louis Butré, président de deux de ces associations, Vent du Bocage et Vent de la Vienne.
"Nous avons le sentiment que ce combat ne pourra être gagné que si nous lui donnons une dimension nationale", poursuit-il, en soulignant que ce vent de fronde n'est pas dirigé contre les petites éoliennes individuelles, mais contre les intérêts des "industriels de l'éolien, qui disposent de moyens financiers majeurs pour arriver à leur fins".
La nouvelle fédération structurée en départements souhaite "dénoncer les nuisances et lutter contre les méthodes employées pour implanter l'éolien industriel en France", tout en soutenant les économies d'énergie et les "énergies renouvelables intelligentes" (solaire, micro-hydraulique, biocarburants, biomasse, géothermie.)
Dans le monde, précise M. Butré, environ 1.500 associations luttent contre l'éolien. "Les plus actives se trouvent actuellement en Grande-Bretagne (en Ecosse et au Pays de Galles), au Canada (Québec), mais il en existe dans des pays comme le Danemark, la Hollande, l'Allemagne ou l'Espagne, qui sont envahis d'éoliennes", ajoute-t-il.
Selon les derniers chiffres du ministère de l'Ecologie, le parc éolien français est actuellement de 1.350 mégawatts (MW) en capacité installée, contre 757 MW un an plus tôt. D'ici 2010, cette capacité devrait se situer entre 5.000 et 7.000 MW.
Le débat entre les "pour" et les "contre" n'est pas prêt de s'arrêter. Pour l'ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), l'éolien est l'objet "de rumeurs et de cancans" et apporte de bonnes réponses aux évidentes questions de l'environnement.
Faux, s'insurgent ses adversaires. L'éolien est une solution aux "capacités techniques réduites, qui entraîne des coûts élevés, crée des nuisances pour la santé, atteint la nature, perturbe la faune, détruit les paysages et le patrimoine de notre pays", martèle M. Butré.
Pour ses promoteurs, le bruit - principal reproche - est, à 500 mètres d'une éolienne, "celui d'une conversation à voix basse". Les adversaires y opposent des témoignages sur les difficultés de supporter ce bruit répétitif, "tel le ronflement d'un avion".
Pour l'ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage), le risque pour les oiseaux d'être victimes des pales des éoliennes est très inférieur à ceux posés par la circulation routière, les lignes électriques ou collisions contre des baies vitrées.
Des naturalistes écossais crient au scandale quant au projet d'en installer un parc sur Lewis, la principale île des Hébrides, au large de l'Ecosse, connue en tant que refuge d'importance mondiale pour les oiseaux protégés.
En France, dans la Vienne, région du siège de la FED, l'idée d'ériger plusieurs éoliennes dans le voisinage de la Vallée des singes, au sud de Poitiers, inquiète fortement les responsables de ce célèbre parc animalier.

 

 

 

Accueil | A la Une | Vidéo | Régions de France | Dossiers | Plan du site | Forum | Nous Ecrire

Ce site a été crée par Jean-Louis Butré.Ce site est protégé par Copyright©. Contacter le webmaster.