ÎLE DE LA REUNION

"Proposition indécentes" aux riverains des éoliennes de Sainte-Rose
“Tiens ! Voilà de l’argent et tais-toi”.
[13 avril 2006]

Tout le monde cherche le silence, les riverains, celui des éoliennes à jamais et l’exploitant du parc, celui des riverains pour un quart de siècle.
"Proposition indécentes" aux riverains des éoliennes de Sainte-Rose
“Tiens ! Voilà de l’argent et tais-toi”. C’est ainsi que les habitants du chemin La Caisse ont entendu les propositions de bail emphytéotique moyennant une certaine somme - entre 35 000 et 100 000 euros - pour 25 ans, émanant de Siif Énergies Outremer, exploitant de la ferme éolienne. Les riverains, considérant ces pratiques comme “portant atteinte à leur dignité” crient au scandale et montent au créneau pour la énième fois.“Il y a deux semaines, des représentants de la Siif sont venus à chemin La Caisse faire du porte-à-porte chez une quinzaine de familles. Ils ont proposé de l’argent à chacun de nous. Mais à notre connaissance, personne n’a accepté”. Sarah Ponambalom, ancienne secrétaire, devenue présidente de l’Association de défense de l’environnement de la Réunion (Ader) hostile à l’installation de la ferme éolienne ne va pas par quatre chemins pour “dénoncer cette proposition indécente” : “Ils veulent acheter notre silence, en proposant un bail aux riverains”. Un bail emphytéotique de 25 ans dont le montant de la totalité qui serait versée en une seule fois est variable : 35 000 euros chez certains riverains, 100 000 euros pour deux maisons chez d’autres. Les membres de l’Ader crient au scandale : “Ils brandissent une somme assez importante mais quand on fait le calcul, le loyer ne dépasse même pas les 120 euros par mois. Personne n’est dupe”. Un autre habitant a tempêté hier à l’occasion d’une conférence de presse : “De leur argent, je n’en veux pas. Moi, ma famille et notre patrimoine ne sont pas à vendre”. Même réaction chez Dany Gonthier qui a travaillé sur ses terres depuis 40 ans et qui aurait chassé les représentants de la Siif à “grands coups de gueule” : “Je n’ai même pas pris le contrat et je leur ai dit de ne plus revenir”.
UNE SORTE D’AVEU
Une riveraine pense que ce contrat est “une totale méprise des habitants” : “C’est vrai que la plupart des riverains se trouvent dans une situation difficile. Beaucoup sont RMIstes. Ce n’est pas pour autant qu’on peut nous soudoyer pour hériter ensuite de toutes les nuisances et les conséquences sanitaires, le stress et autres inconvénients liés à ces éoliennes”. Pour Sarah Ponambalom, les termes du bail proposé constituent une sorte d’aveu pour Siif Énergie “qui reconnaît implicitement leur tort concernant les nuisance visuelles et sonores que nous avons dénoncées depuis le départ”. Elle a notamment retenu le passage (en page 3/5) selon lequel : “Le bailleur (=riverain) s’interdit expressément (...) d’émettre une quelconque réclamation ou de former une quelconque action ou un quelconque recours au sujet de ces nuisances ou plus généralement au sujet de la réalisation ou de l’exploitation du parc éolien”.
MOINS DE 1500 M
La présidente d’Ader a signalé par ailleurs qu’ils n’ont toujours pas reçu les résultats des études menées par le cabinet d’experts Gamba à l’aide des sonomètres déposés chez les riverains. “Comme il a été convenu avec Siif Énergie et la sous-préfecture de Saint-Benoît, les résultats devaient nous être communiqués depuis août 2005. Mais jusqu’à présent, pas de nouvelle”. Ce qui amènent les adhérents de l’Ader à conclure qu’il y a anguille sous roche, que les résultats sont préjudiciables pour “la Siif qui est aujourd’hui à genoux et qui n’a pas trouvé mieux que d’acheter notre silence avec une somme dérisoire”. L’Ader, affiliée à la Fédération nationale Vent de colère a présenté hier un rapport de l’académie nationale de médecine selon laquelle, “il est recommandé aux pouvoirs publics que dès maintenant, à titre conservatoire, soit suspendue la construction des éoliennes d’une puissance supérieure à 2,5 MWatts situées à moins de 1500 m des habitations”. La puissance totale des 23 éoliennes du parc de Sainte-Rose est largement supérieure avec... 6,3 MWatts. Ce qui a amené certains riverains à demander à Siif Énergie “d’enlever illico ces tas de ferrailles”. D’autres, plus modérés, demandent à l’État de prendre les décisions qui s’imposent. On sait enfin que certains riverains de la nouvelle ferme éolienne de Sainte-Suzanne ont rejoint le camp des “anti-éoliens” de Sainte-Rose. Mais ça, c’est une autre histoire.
Pana Reeve

------>voir l'article complet

Reportage télévision
RFO du 13 avril 2006


vous pouvez voir provisoirement l'extrait de ce journal concernant les éoliennes sur l'ecran ci dessus

Merci de regarder directement l'ensemble du journal de 13 h sur le site de RFO

Le reportage dure environ 3 minutes

Remarque : la video peut mettre quelque minutes avant de commencer car il s'agit d'un fichier de 4 Méga du typewindows media player

 

Accueil | A la Une | Vidéo | Régions de France | Dossiers | Plan du site | Forum | Nous Ecrire

Ce site a été crée par Jean-Louis Butré.Ce site est protégé par Copyright©. Contacter le webmaster.